Engagements

L’interview « Prenez-en de la graine ! » de Comme Avant

Par Sophie Le mardi 2 février 2021

comme avant cosmétiques zéro déchet

On se dit tout ! Qui êtes-vous ? D’où venez-vous ? Que faites-vous ?

Je m’appelle Sophie Lauret, j’ai 32 ans et je suis la maman de deux garçons. Je partage ma vie avec Nil Parra, on habite près de Marseille et ensemble on a créé il y a un peu plus de 3 ans la marque Comme Avant, une marque de cosmétiques naturels et Zéro Déchet.

A la naissance de notre premier enfant, nous avons voulu réduire la présence des perturbateurs endocriniens dans notre environnement. Nous ne trouvions pas de vrais savons, fiables et sans composants douteux, alors nous avons décidé d’en créer un. Poussés par notre entourage séduit par notre produit, nous avons commencé à le commercialiser sur notre boutique en ligne. C’est comme ça que notre philosophie est née. Nous voulons “recréer les produits d’antan”, ceux qui étaient simples et efficaces.

Au tout début de la création de Comme Avant je faisais un peu de tout, aussi bien de la communication que du service client ou bien même des expéditions et du commercial. En grandissant, je me suis recentrée sur mon domaine de base qui est la communication donc maintenant je supervise surtout cette partie-là ainsi que le marketing dans l’entreprise.

fondateurs Comme Avant cosmétiques bio

Où et comment sont fabriqués vos produits ?

Tous les produits sont fabriqués dans notre atelier, qui était initialement à Marseille et qu’on a déménagé il y a deux mois aux Pennes-Mirabeau, une petite ville juste à côté. On avait besoin de déménager notamment par manque de place dans notre ancien atelier et on avait aussi envie de sortir du centre ville pour partir un peu au vert. On est très content car maintenant on est mieux et l’environnement nous plaît beaucoup plus.

Dans notre atelier on produit aussi bien nos cosmétiques que du textile car on fabrique aussi des lingettes lavables, des gants de toilette et des t-shirts. On a donc un petit atelier textile avec nos propres couturières.

Nos produits sont tous fabriqués à la main. On utilise bien sûr des machines pour rendre le travail au quotidien plus facile et plus agréable pour nos équipes, mais notre objectif c’est de toujours privilégier l’humain. On va donc préférer recruter du personnel en plus plutôt que des machines pour les remplacer.

fabrication cosmétiques Zéro Déchet

Pourquoi avoir choisi le Zéro Déchet ?

Au début de notre démarche, on souhaitait surtout proposer des produits qui soient sains pour le corps, sans perturbateurs endocriniens mais très rapidement ça nous a semblé indissociable au fait que les produits devaient aussi être bons pour la planète. Je n’aime pas trop cette expression car, en soi, une production et une entreprise ça ne peut pas être “bon pour la planète” selon moi. En tout cas on essaye de penser tous nos produits et emballages de manière à ce qu’ils soient les moins nocifs pour l’environnement et le climat, et le plus Zéro Déchet possible.

On applique aussi cette logique en interne. Que ce soit en production, dans les bureaux ou les espaces communs, on tente toujours de réduire nos déchets au maximum. Même si ce n’est jamais parfait, on essaye de faire au mieux. Par exemple, en production, on a remplacé les charlottes jetables par des charlottes lavables. Pour tous les équipements de protection des équipes de production, on a presque plus rien de jetable à part les gants car il est difficile d’en avoir à usages multiples. 

On regarde aussi du côté du matériel de production qui peut parfois générer des déchets. Par exemple, pour le savon. Auparavant, on rajoutait un papier sulfurisé au moment de la fabrication, on l’a désormais remplacé par des moules en silicone. Il y a plein de choses comme ça qu’on améliore petit à petit toujours dans l’optique de pouvoir réduire au maximum nos déchets.

Pourquoi devrait-on tous se mettre au Zéro Déchet ?

Je pense qu’on devrait tous essayer de mettre en place des petits gestes. Il y a des choses qui seront faciles pour certains mais qui seront plus dures pour d’autres. On devrait essayer au moins pour montrer l’exemple aux générations futures. Typiquement, il y a des choses qu’on a mis en place à la maison et qui ont été difficiles pour nous, ça nous a demandé des efforts, alors que pour mes enfants je constate que ce sont des choses naturelles. Ce qu’on leur a montré va devenir facile pour eux, une habitude.

C’est vraiment pour les générations futures, pour essayer d’améliorer ce qui peut l'être, de montrer qu’on peut faire différemment. Tout ça sans forcément se compliquer la vie et pour réduire un peu chacun notre impact et nos déchets.

"Après, on reste aussi conscient qu’en tant qu’entreprise on n’aura jamais un impact carbone qui est égal à zéro mais on souhaite vraiment le limiter au maximum."

Vous faites quoi pour limiter votre impact carbone ?

En plus de nos emballages minimalistes et biodégradables, on a souhaité proposer des produits rechargeables ou en format familial. On peut par exemple acheter un demi-pain ou un pain de crème plutôt que dix crèmes dans l’année. Ce qui évite les envois multiples.

Dans nos quatre boutiques, on propose un rayon vrac pour pouvoir acheter nos produits sans aucun emballage. On a aussi des revendeurs un peu partout en France dont certains spécialisés dans le vrac qui permettent aussi ce mode de consommation. C’est quelque chose qu’on souhaite mettre en avant et voir se développer en 2021.

En production, tout comme dans le reste de l’entreprise, on essaie aussi de réduire nos déchets. Après, on reste aussi conscient qu’en tant qu’entreprise on n’aura jamais un impact carbone qui est égal à zéro mais on souhaite vraiment le limiter au maximum.

On a aussi lancé un projet de permaculture. On a une parcelle dans la commune de Pennes-Mirabeau que l’on dédie à la permaculture. Actuellement, les premières actions ont été menées pour que le terrain soit prêt au printemps pour les premières plantations. On a une vraie envie de montrer que notre philosophie peut s’appliquer à d’autres domaines, pas seulement à la cosmétique. Le premier objectif de ce projet est d’alimenter notre restaurant d’entreprise et pouvoir être au maximum en autosuffisance. En fonction des récoltes, on pourra aussi en donner aux cantines de la commune. On a vraiment envie de partager aux personnes de notre ville ce que l’on va mettre en œuvre.

cosmétiques Zéro Déchet

Qu’est-ce qui vous rend fier ?

Avoir pu construire une si belle équipe autour de nous. Trois ans après la création, on est un peu plus de cinquante dans l’entreprise. Dans l’effectif il y a des amis et de la famille, puisqu’à la base on avait créé une entreprise familiale avec mon conjoint et que ma soeur, mon frère et beau-frère nous ont rejoint tout de suite dans l’aventure. On essaie donc de garder cet esprit familial malgré le fait qu’aujourd’hui on soit un peu plus nombreux qu’au début. Dans l’équipe il y a des personnalités, des gens de toutes les origines et de tous les horizons et c’est vraiment une fierté pour nous de se dire qu’on a pu créer ces emplois-là et cet esprit familial. Maintenant, l’objectif est d’essayer de conserver tout ça au maximum et de rester fidèle à ce qu’on était au début.

équipe Comme Avant cosmétiques Zéro Déchet

"En consommant mieux, c’est mieux dans tous les sens : au niveau du budget, de notre impact sur l’environnement, de notre conscience. Ça apporte beaucoup de bienfaits de ne plus être dans la surconsommation."

C’est quoi votre combat ?

C’est que les gens puissent ouvrir les yeux sur ce qu’ils consomment, que ce soit en terme de qualité ou de quantité. Une phrase qu’on utilise assez souvent et que j’aimerais diffuser au plus grand nombre, c’est “consommer moins et consommer mieux”. J’aimerais permettre des prises de conscience sur le fait qu’on n’a pas besoin de consommer dix t-shirts par mois. 

En consommant mieux, c’est mieux dans tous les sens : au niveau du budget, de notre impact sur l’environnement, de notre conscience. Ça apporte beaucoup de bienfaits de ne plus être dans la surconsommation. Après, ce n’est pas facile et personne n’est parfait. Je pense qu’il faut y aller petit à petit, domaine par domaine, pour permettre des prises de conscience plus globales.

À quoi rêvez-vous pour l’avenir ?

Ce serait lié à l’urgence écologique et de me dire que peut-être un jour il y aura une prise de conscience générale. Ça fait toujours mal au cœur quand on entend des climatosceptiques. J’ai du mal à comprendre qu’en 2021, on puisse avoir ce type de discours. 

J’aimerais que l’urgence écologique soit au cœur des préoccupations de tous parce que pour moi c’est indispensable. Le fait de tous consommer mieux et moins, c’est pour le climat et l’écologie mais aussi pour un bien-être simple et basique, on n’a pas besoin de milliards de choses pour être heureux.

Qu’est-ce que vous aimeriez transmettre aux générations futures ?

Des habitudes pour mieux consommer, pour limiter ses déchets. J’aimerais que ce ne soit plus un effort pour eux mais que ça deviennent leur norme. Faire des yaourts maison, trier ses déchets, faire attention à ce qu’on consomme et à son impact sur l’environnement, je souhaiterais que pour les générations futures ce soit logique et ancré, voire inné.

C’est tout simple ! 3 mots pour décrire votre marque ?

Simple car nous avons une gamme et une composition courtes avec seulement 4 ingrédients maximum, transparente car c’est primordial pour nous et que notre communauté en est désireuse, et enfin Zéro Déchet car c’est dans notre ADN, c’est ce pour quoi on milite et on veut continuer à s’améliorer tant qu’on le pourra sur ce domaine.

équipe Comme Avant cosmétiques Zéro Déchet

C’est quoi votre produit chouchou ?

Je dirais la crème solide, j’aime beaucoup ce produit multi-usages qui sert à toute la famille. Elle est géniale pour des petits bobos et les irritations, pour nourrir la peau fragile des enfants… elle a plein d'usages possibles

"On se rend compte ensuite que c’est un plaisir de ne pas avoir besoin de 10 000 produits dans sa salle de bain, avec des essentiels on peut tout faire."

Un petit tip pour utiliser vos produits ?

Il faut parfois un peu de temps pour s’habituer à leur utilisation. Ils ne s’utilisent pas comme la plupart des produits conventionnels. Si on prend l’exemple de la crème solide que je citais avant, ça peut être déroutant au début d’avoir ce format solide mais rapidement on trouve le truc pour réussir à l’utiliser correctement. On se rend compte ensuite que c’est un plaisir de ne pas avoir besoin de 10 000 produits dans sa salle de bain, avec des essentiels on peut tout faire. Donc mon conseil serait de persévérer, de réussir à passer le petit cap quand on débarque dans cet univers des cosmétiques naturels et solides, lorsqu’on n’en a pas du tout l’habitude.

Un petit truc à partager ?

Avec les enfants en bas âge on n’a pas forcément beaucoup de soirées à nous mais il y a pas longtemps on a regardé un documentaire qu’on a adoré avec Nil, il s’agit de Tout est possible de John Chester. C’est l’histoire d’un couple américain qui s’est lancé dans un projet de ferme en permaculture. C’est une bonne dose d’optimisme en cette période qui est parfois un peu morose.

Vous aimerez lire aussi

cadeaux de Noël

Engagements

6 idées de cadeaux responsables à Noël

Comment faire plaisir sans abîmer la planète ? Comment choisir le bon cadeau et limiter so...

citation fondatrice

Engagements

L'interview "Prenez-en de la graine !" de APO

Prenez-en de la graine avec APO dans cette nouvelle interview ! 

agriculture bio

Engagements

8 raisons méconnues de passer au bio

Il existe un monde entre le bio low cost et le bio engagé. Comment donc s’y retrouver ? Vo...